samedi 20 juillet 2019

Notre Agenda

L’Unité de Coordination Nationale REDD+ a organisé du 21 juin au 11 juillet 2016 une tournée nationale d’installation des commissions préfectorales de développement durable (CPDD) dans 25 préfectures. La mission a été conjointement menée par les responsables de trois ministères notamment le Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières, le Ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales et le Ministère du Développement à la Base, de la Jeunesse, de l’Artisanat et de l’Emploi des Jeunes. Cette tournée s’inscrit dans le cadre du projet de soutien à la préparation à la REDD+ (P-REDD+), mis en œuvre par le gouvernement togolais et financé par le Fonds de Partenariat pour le Carbone Forestier (FCPF) à travers la Banque mondiale pour la période allant de 2015 à 2018.

Installation CLDD 03L’objectif poursuivi par cette tournée est d’informer et d’échanger avec les préfets, les autorités locales, la chefferie traditionnelle et les acteurs de développement à la base sur la mise en place des Commissions Préfectorale de Développement Durable (CPDD) qui constituent les plates-formes de concertation et de participation, au niveau local, dans le cadre du processus REDD+ au Togo. « Sur les 39 préfectures que compte notre pays, seules 10 disposent de CPDD. Or, dans le cadre du processus REDD+, les consultations se feront au sein des commissions locales de développement durable. Il était donc urgent de doter les autres préfectures de leur CPDD afin de leur permettre de prendre une part active dans l’élaboration de la stratégie nationale REDD+ », a déclaré Hèmou ASSI, Coordonnateur National REDD+. Cette tournée a permis à la délégation interministérielle d’entretenir les membres des CPDD des différentes préfectures sur plusieurs thématiques, notamment le développement durable, la Commission Nationale de Développement Durable et ses démembrements, le rôle des CPDD dans le développement local, les nouvelles organisations des communautés à la base et leur rôle au sein des CPDD, le processus de décentralisation au Togo, la responsabilité des collectivités territoriales, le processus REDD+ au Togo et le rôle spécifique des CPDD dans la conduite de ce processus.
Selon les termes du décret N°2011-016/PR du 12 janvier 2011 fixant l’organisation et le fonctionnement de la Commission Nationale de Développement Durable (CNDD) et de l’arrêté interministériel N°018/MERF/MPDAT /MATDCL du 30 mai 2011 définissant la composition, l’organisation et le fonctionnement des commissions locales de développement durable, chaque commission préfectorale de développement durable (CPDD) esInstallation CLDD 02t composée du préfet de la localité, du président de la délégation spéciale du conseil de préfecture, du représentant des présidents de la délégation spéciale des communes de la préfecture, des services déconcentrés, de tous les chefs des cantons de la préfecture, de tous les présidents des comités cantonaux de développement, d’un représentant des associations et ONG opérant dans la préfecture, ainsi que d’une représentante des groupements de femmes.

 

Blaise ATAKOUNA
Responsable IEC, Coordination Nationale REDD+

L’Unité de Coordination Nationale REDD+ a entamé le 07 janvier dernier une tournée d’information et d’échanges avec les ministères et structures impliquées dans la mise en œuvre du projet de soutien à la préparation à la  REDD+ (réduction des émissions de gaz à effet de serre  dues à la déforestation et à la dégradation des forêts) au Togo. La délégation de la Coordination Nationale était le 07 janvier au ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales, et le 08 janvier au ministère de l'Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l'Alphabétisation.
Selon Hèmou ASSI, Coordonnateur National de la REDD+, « L’objectif de cette tournée est d’informer les ministères et structures partenaires du démarrage du projet de soutien à la préparation à la REDD+ (P-REDD+) et leur rappeler la contribution qui est attendue d’elles dans la mise en œuvre de ce projet».
Tournée Ministères 01Au ministère de l’Administration Territoriale, de la Décentralisation et des Collectivités Locales, la délégation de la Coordination Nationale a rencontré le Ministre Payadowa BOUKPESSI et eu une séance de travail avec le Secrétaire Général, les directeurs centraux  ainsi que d’autres cadres du ministère. Dans son exposé, le Coordonnateur National de la REDD+ a présenté le contexte, les objectifs, les composantes, les organes de gestion, les parties prenantes, la méthodologie de mise en œuvre ainsi que les sources de financement du projet de soutien à la préparation à la REDD+ (P-REDD+). « La mise en œuvre du P-REDD+ nécessite l’implication des acteurs et des populations à la base. Les préfets et autres services déconcentrés de l’Etat seront donc très sollicités dans ce processus. Il importe que vous puissiez leur donner l’information afin que leur implication et la mobilisation pour une meilleure participation au cours des consultations sur le terrain soient facilitées », a ajouté M. ASSI.
Au ministère de l'Action Sociale, de la Promotion de la Femme et de l'Alphabétisation, la délégation de la Coordination Nationale REDD+ a eu une séance de travail avec la Directrice Générale de la promotion féminine, la Directrice de la Famille et de l’Education de la Jeune Fille, la Directrice de la Coopération et de la Promotion des Activités Economiques des Femmes accompagnés de leurs collaborateurs. Tournee Ministeres 04« Nous attendons de vous que vous puissiez mobiliser les femmes et les autres couches vulnérables à la base afin qu’elles puissent participer aux discussions sur toutes les questions en lien avec la REDD+ au Togo » a déclaré le Coordonnateur National REDD+ à l’endroit des partenaires du ministère en charge de l’action sociale.

Les acteurs des deux ministères ont salué cette initiative de la Coordination Nationale REDD+ et ont promis apporté leur contribution à la réussite du projet de soutien à la préparation à la REDD+. La tournée de la Coordination Nationale REDD+ se poursuivra à la Primature, à l’Assemblée Nationale, ainsi que dans les ministères en charge de l’agriculture, du développement à la base, de l’énergie,  de l’eau, de la planification et l’aménagement du territoire, de l’économie, de l’enseignement supérieur et de la justice.


Blaise ATAKOUNA
Responsable IEC,
Coordination Nationale REDD+

L’Unité de Coordination Nationale REDD+ a organisé le 13 mai 2016 à la FOPADESC à Lomé, un atelier national d’information et d’échange avec les responsables des organisations de la société civile sur l’état d’avancement du processus REDD+ au Togo. Dans la même optique, cinq ateliers régionaux ont regroupés par la suite les organisations de la société civile des régions économiques du pays du 17 au 23 mai 2016. La délégation de l’Unité de Coordination Nationale REDD+ était successivement à Tsévié le 17 Mai pour le compte de la région maritime, le 18 Mai à Atakpamé pour le compte de la région des plateaux, le 19 Mai à Sokodé pour la région centrale, le 20 Mai à Kara pour la région de la Kara et le 23 Mai à Dapaong pour la région des savanes.

Selon Hèmou ASSI, Coordonnateur National REDD+, ces ateliers visent à « sensibiliser et échanger avec les organisations de la société civile sur le processus REDD+ et les amener à s’organiser et à se mobiliser pour pouvoir participer de manière plus efficace et coordonnée au processus d’élaboration de la stratégie nationale REDD+».

OSC REDD 03Les discussions et les échanges avec les organisations de la société civile lors de ces ateliers ont porté sur l’état d’avancement du processus REDD+ au Togo, les rôles et responsabilités des organisations de la société civile dans le processus REDD+ , les stratégies pour une implication active et coordonnée des organisations de la société civile dans le processus, ainsi que les pistes et modalités de collaboration entre les organisations de la société civile et l’Unité de Coordination Nation REDD+ dans la conduite du processus. « Vous avez activement participé à l’élaboration du document de propositions de mesures pour l’état de préparation à la REDD+. Il est donc normal que dans la mise en œuvre de ce document stratégique, vous soyez informés sur l’état d’avancement afin de vous organiser pour jouer pleinement votre partition» a déclaré Totétièbe DAMETOUGLE, Coordonnateur National REDD+ Adjoint, à l’endroit des organisations de la société civile.

 

OSC REDD 04Selon l’un des responsables des organisations de la société civile, « les réseaux régionaux sont déjà bien organisés et peuvent servir de plateformes pour l’implication des organisations de la société civile dans la conduite du processus REDD+. Au niveau national, les faitières existantes vont s’organiser pour la mise en place d’une entité qui pourra prendre entre autres dénominations ‘plate-forme nationale’, ‘coalition nationale’, ‘consortium national’ ou encore ‘Réseau National des ONG’ ». « Nous sommes conscients de notre rôle dans la conduite de ce processus et nous sommes déjà en train de prendre des mesures pour nous mettre ensemble dans le cadre d’une plateforme unique en vue d’accompagner le processus » a déclaré Paul Y. KANFITINE, Président de la Fédération Nationale des Réseaux Régionaux des ONG du Togo (FN-RR). L’Unité de Coordination Nationale entend étendre cette campagne d’information et d’échange à d’autres parties prenantes au processus REDD+ notamment les organisations des producteurs, les femmes, les jeunes et les chefs traditionnels.


Blaise ATAKOUNA
Responsable IEC, Coordination Nationale REDD+

L’Unité de Coordination Nationale REDD+ poursuit sa campagne d’information des différentes parties prenantes au processus REDD+ du Togo. Dans cette optique, deux ateliers d’information et d’échange avec les organisations de producteurs ont été organisés les 24 et 26 mai 2016. Le premier atelier a regroupé à l’hôtel Kara le 24 mai 2016, les représentants des producteurs de la région centrale, de la kara et des savanes. Le deuxième atelier tenu le 26 mai à l’hôtel le Berceau de Notsè, a regroupé les producteurs de la région maritime et des plateaux.

OP 02  OP 04 


Selon Hèmou ASSI, Coordonnateur National REDD+, ces ateliers visent à « sensibiliser et échanger avec les organisations des producteurs sur le processus REDD+ au Togo ». Selon lui, « les producteurs, tout comme les autres parties prenantes au processus doivent s’organiser et se mobiliser pour participer de manière efficace et coordonnée au processus d’élaboration de la stratégie nationale REDD+ du Togo».
Au cours de ces deux ateliers, les discussions et les échanges avec les membres des organisations de producteurs ont porté sur l’état d’avancement du processus REDD+ au Togo, les rôles et responsabilités des producteurs dans le processus REDD+, les stratégies pour une implication active et coordonnée des organisations de producteurs dans le processus, ainsi que les pistes et modalités de collaboration entre les organisations de producteurs et l’Unité de Coordination Nation REDD+ dans la conduite du processus. « Il s’agit d’un processus participatif et inclusif. Aucun sujet n’est tabou. Toutes les questions doivent être débattues afin que nous puissions bâtir une stratégie nationale REDD+ cohérente et acceptée par tous. Vous avez donc un rôle important à jouer en tant que producteurs » a déclaré Totétièbe DAMETOUGLE, Coordonnateur National REDD+ Adjoint, à l’endroit des organisations de producteurs.
Les organisations de producteurs sont regroupées au sein de la Coordination Togolaise des Organisations Paysannes et de Producteurs Agricoles (CTOP) avec pour but de « de promouvoir et de défendre en permanence la valeur d’une agriculture professionnelle, compétitive, dynamique et durable au service des exploitations agricoles paysannes familiales ». La CTOP a des démembrements au niveau régional et regroupe à ce jour 17 organisations paysannes d’approche filière ou territoire à caractère associatif ou syndical.


Blaise ATAKOUNA
Responsable IEC, Coordination Nationale REDD+

 

L’U C N REDD+ a effectué du 28 mars au 02 avril 2016 une visite d’échange d’expériences auprès du Secrétariat Exécutif Permanent de la REDD+ de Côte d’Ivoire (SEP-REDD+ Côte d’Ivoire). La délégation togolaise était composée du Coordonnateur National REDD+, du Chargé d’Appui au Programme, du Responsable Administratif et Financier, du Responsable Information, Education et Communication, du Responsable des Affaires Juridiques et de l’Evaluation Environnementale, Sociale et Stratégique, ainsi que du Responsable Suivi-Evaluation et Monitoring Reportage and Verification. Selon Koffi Hounkpe, Responsable du projet de soutien à la préparation à la REDD+ à la Banque Mondiale, « l’objectif de cette visite est de renforcer les capacités de l’unité de coordination nationale REDD+du Togo, d’identifier les forces, faiblesses, opportunités et défis qui se présentent à elle et contribuera à éveiller davantage la conscience des membres de la coordination sur leurs rôles et responsabilités afin d’accélérer le processus REDD+ au Togo ».
Visite CI 04Le séjour de la Coordination Nationale REDD+ du Togo en terre ivoirienne a été marqué par des réunions de partage et d’échange avec le personnel du Secrétariat Permanent de la REDD+ de Côte d’Ivoire, des échanges avec les organisations de la société civile impliquées dans la REDD+ en Côte d’Ivoire et des visites de terrain. « Pour la majorité des composantes du processus REDD+, nous sommes en phase de démarrage et nous espérons vivement profiter de votre riche expérience en la matière» a lancé Hèmou Assi, Coordonnateur National REDD+ du Togo à l’endroit de son homologue de la Côte d’Ivoire. «Tout le personnel du SEP-REDD+ Côte d’Ivoire est heureux de vous accueillir. Nous espérons que notre parcours va vous inspirer d’avantage dans la conduite de ce nouveau processus au Togo» a déclaré Marcel YAO, Secrétaire Exécutif Permanent de la REDD+ Côte d’Ivoire.


Au cours de son séjour la délégation a suivi la présentation de l’état d’avancement de la préparation à la REDD+ de la Côte d’Ivoire notamment les progrès enregistrés sur les aspects du  système national de surveillance des Forêts, des mesures de sauvegardes, du système de  suivi-évaluation, du management global du processus de préparation de la stratégie REDD+. Par ailleurs l’équipe a bénéficié aussi de la présentation des programmes qui accompagnent le processus REDD+ : le programme d’investissement forestier (PIF), le programme de réduction des émissions (PRE) et le programme ONU-REDD/FAO. Après ces échanges,  la délégation togolaise s’est transportée dans les localités de Adzopé, Affery, Didievi et Tiébissou pour constater de visu la réalisation de plusieurs mini-projets contribuant à la mise en œuvre de la REDD+ en Côte d’Ivoire. Visite CI 01« La visite a été très enrichissante. Les initiatives que nous avons vues ici vont alimenter les réflexions pour des propositions concrètes lors de l’élaboration de la stratégie nationale REDD+ du Togo » a déclaré Totétièbe Dametougle, Coordonnateur Adjoint, Chargé d’Appui au Programme à la Coordination Nationale REDD+ du Togo.


Il est à rappeler que l’Unité de Coordination Nationale REDD+ met actuellement en œuvre le projet de soutien à la préparation à la REDD+.Ce projet vise à permettre à la forêt et aux arbres hors-forêt de continuer par jouer leur rôle socio-économique et écologique. Le résultat attendu de la mise en œuvre de ce projet est l’élaboration d’une stratégie nationale REDD+ cohérente et acceptée par tous.


Blaise ATAKOUNA
Responsable IEC,
Unité de Coordination Nationale REDD+

L’Unité de Coordination Nationale REDD+ a organisé du 06 au 29 juin 2016 six ateliers régionaux de formation à l’intention des journalistes et professionnels des médias sur le processus de réduction des émissions de gaz à effet de serre dus à la déforestation et à la dégradation des forêts (REDD+). Les ateliers se sont déroulés respectivement du 06 au 08 juin 2016 à Atakpamé pour le compte de la région des plateaux, du 09 au 11 juin 2016 à Sokodé pour le compte de la région centrale, du 13 au 15 juin 2016 à Kara pour le compte de la région de la Kara, du 16 au 18 juin 2016 à Dapaong pour le compte de la région des savanes, du 23 au 25 juin 2016 à Tsévié pour le compte de la région maritime et du 27 au 29 juin 2016 pour Lomé commune.
La cérémonie d’ouverture de ces ateliers régionaux s’est déroulée le 27 juin 2016 à Jess Hôtel à Totsi et a été présidée par le Ministre de l’Environnement et des Ressources Forestières M. André JOHNSON. Le Ministre JOHNSON a souligné à l’occasion que l’objectif visé par ces ateliers est de « renforcer les capacités des journalistes et professionnels des médias sur la problématique des changements climatiques, leurs manifestations, leurs causes, leurs conséquences et les approches de solution ». Il s’agit aussi selon le Ministre de « renforcer la compréhension des journalistes et professionnels des médias sur le mécanisme REDD+ en tant que stratégie de lutte contre les changements climatiques, ses avantages, ainsi que les défis liés à sa mise en œuvre ». Le Ministre a par ailleurs réitéré ses remerciements aux partenaires techniques et financiers qui accompagnent le Togo dans sa recherche de solutions aux problèmes de déforestation et de dégradation des forêts, notamment le Fonds de Partenariat pour le Carbone Forestier (FCPF) et la Banque mondiale.

Jouranlistes 02Plusieurs thèmes ont meublé les échanges entres les journalistes et l’Unité de Coordination Nationale REDD+ durant ces ateliers notamment, la problématique des changements climatiques, le mécanisme REDD+, le lien entre la déforestation et les changements climatiques, le processus REDD+ au Togo, les rôles et responsabilités des journalistes dans le processus REDD+ au Togo, les pistes et modalités de collaboration entre les journalistes et l’Unité de Coordination Nationale REDD+ dans le cadre de la préparation de la stratégie nationale REDD+, ainsi que la stratégie de communication du projet de soutien à la préparation à la REDD+. Selon Hèmou ASSI, Coordonnateur National REDD+, ces ateliers visent à « intensifier l’information et la sensibilisation de l’ensemble des parties prenantes au processus, à travers des campagnes médias de grande envergure».
« Les informations que nous avons reçu montrent que la situation en matière de déforestation et de dégradation de nos ressources forestières est alarmante. Nous devons renforcer l’information et la sensibilisation des populations afin qu’elles participent activement à la mise en œuvre du processus REDD+» a déclaré l’un des participants à l’atelier de Lomé. Il faut rappeler que ces ateliers de renforcement des capacités des journalistes s’inscrivent dans une vaste campagne d’information initiée par l’Unité de Coordination Nationale REDD+ à l’endroit des différentes parties prenantes impliquées dans le processus REDD+.

Blaise ATAKOUNA
Responsable IEC, Coordination Nationale REDD+

L’Unité de Coordination Nationale REDD+ a échangé avec les Honorables députés de la commission de l’environnement et des changements climatiques. 

L’Unité de Coordination Nationale REDD+ a rencontré le 27 janvier 2016 au Palais des Congrès de Lomé, siège de l’Assemblée Nationale, les députés membres de la commission de l’environnement et des changements climatiques. La rencontre s’est déroulée à la salle Tapis Vert et a été présidée par Mme AMEDJOGBE Akossiwa Olivia, Vice-Présidente de ladite commission. La délégation de l’Unité de Coordination Nationale REDD+ était conduite par le Coordonnateur National M. Hèmou ASSI.

A l’ouverture de la rencontre, la Vice-Présidente de la commission de l’environnement et des changements climatiques de l’Assemblée Nationale a souhaité la bienvenue à la délégation de la Coordination Nationale avant de formuler le vœu que cette rencontre permette aux Honorables députés de bien comprendre le processus REDD+. Dans son exposé, le Coordonnateur National de la REDD+ a présenté le contexte, les objectifs, les composantes, les organes de gestion, les parties prenantes, la méthodologie de mise en œuvre ainsi que les sources de financement du projet de soutien à la préparation à la REDD+ (P-REDD+). « L’objectif de cette visite est de vous informer, Honorables députés, du démarrage du projet de soutien à la préparation à la REDD+ (P-REDD+) et vous rappeler la contribution qui est attendue de vous dans la mise en œuvre de ce projet » a déclaré M. Hèmou ASSI, Coordonnateur National de la REDD+.

Pour le Coordonnateur National, le processus REDD+ doit être participatif, inclusif et transparent. Selon lui, aucune couche de la population ne devrait être exclue de ce processus. Et l’adoption le 25 janvier dernier en Conseil des Ministres du décret portant création des organes de gestion de la REDD+ au Togo témoigne de la volonté politique du gouvernement de faire rentrer ce processus dans sa phase opérationnelle. « Vous êtes des acteurs clés de ce processus. Il était donc normal qu’après le lancement national du projet de soutien à la préparation à la REDD+ le 08 octobre 2015 et avant son lancement dans nos différentes régions, nous venions vous voir pour vous expliquer le processus et solliciter votre appui dans la mobilisation des populations afin que leur implication et leur mobilisation pour une meilleure participation au cours des consultations sur le terrain soient facilitées », a poursuivi M. ASSI à l’endroit des Honorables députés. 

redd togo information et echange avec les deputes img01 v3Les questions des Honorables députés ont permis aux membres de la Coordination Nationale REDD+ de les éclairer d’avantage sur plusieurs questions touchant à la REDD+ notamment, le rôle précis que devraient jouer les parlementaires dans ce processus, les liens entre ce processus et les autres secteurs du développement tels que l’agriculture et l’énergie, les mesures de protection des populations vulnérables, les relations entre l’Unité de Coordination Nationale et les Organisations Non-Gouvernementales au niveau régional, le défis de la destruction des forêts dans notre pays etc. Suite à ces échanges, les Honorables députés membres de la commission de l’environnement et des changements climatiques, par la voix de leur Vice-Présidente Mme AMEDJOGBE Akossiwa Olivia ont promis jouer leur partition dans la conduite du processus REDD+ au Togo.

Cette tournée de l’Unité de Coordination Nationale REDD+ se poursuivra auprès d’autres institutions de l’Etat, notamment à la Primature, ainsi qu’auprès des ministères en charge de l’agriculture, du développement à la base, de l’énergie,  de l’eau, de la planification et l’aménagement du territoire, de l’économie, de l’enseignement supérieur et de la justice.   

Blaise ATAKOUNA

Responsable IEC, 

Coordination Nationale REDD+

 

Plus d'Articles - Médias

Votre Avis sur le Site ICI !

Quel est votre avis sur le nouveau Site Web de REDD TOGO ?

FAQs

Qu’est-ce que le REDD ?

 

Le REDD est un mécanisme international dont le but est d’aider à stopper la déforestation et le changement climatique. REDD signifie la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des Forêts dans les pays en développement.

Il s’agit d’un mécanisme incitant les pays en développement à protéger et mieux gérer leurs ressources forestières afin de contribuer à la lutte mondiale contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre (GES). Les stratégies REDD+ font en sorte que les forêts sur pied aient une valeur plus grande que celles qu’on abat. La portée de la “REDD+” dépasse la déforestation et la dégradation des forêts et prend en compte la préservation et la gestion durable des forêts et le renforcement des stocks de carbone par la plantation d’arbres. Les activités de REDD+ énumérées dans la Seizième session de la Conférence des parties (Décision 1/CP.16) de la Convention cadre des nations unies sur les changements climatiques, au paragraphe 70 sont :

  1. Réduction des émissions dues au déboisement,
  2. Réduction des émissions dues à la dégradation des forêts,
  3. Renforcement des Stocks de carbone forestiers,
  4. Conservation des Stocks de carbone et
  5. Gestion durable des forêts.

Quand le REDD commencera-t-il?

1.0 

Dès que possible car une fois décimée, les forêts seront perdues pour toujours.

Quel en sera le cout?

1.0 

La question est cruciale, les estimations varient mais pour réduire la déforestation de moitié d’ici 2030 le REDD nécessitera des dizaines de milliards de dollars par an. Mais ne rien faire coutera bien plus chaque année.

Avis & Communiqués

AMI pour le recrutement d'un cabinet pour la réalisation de l'EESS

21/12/16

Dans le cadre de la réalisation de l'évaluation environnementale et sociale stratégique (EESS) du processus REDD+ au Togo, la Coordination Nationale REDD+ recrute un cabinet. Pour...

« »

A propos de la REDD+

La Coordination Nationale REDD+ est l'un des trois organes chargés de gérer le processus REDD+ au Togo. Elle a pour rôle d'assurer la conduite opérationnelle du processus REDD+. Elle a été créée par decret N° 2016-007 du 25 janvier 2016 relatif aux organes de gestion de la REDD+ au Togo. Ce décret créé aussi le Comité National REDD+ qui est l'organe suprême de gestion du processus et le Groupe National de Travail REDD+. La Coordination Nationale REDD+ est sous la tutelle du Ministère de l'Environnement et de Ressources Forestières. Cette Coordination Nationale met actuellement en oeuvre le Projet de soutien à la Préparation à la Réduction des Emissions dues à la Déforestation et à la Dégradation de forêts (P-REDD+). L'objectif de ce projet est de permettre à la forêt et aux arbres hors-forêt de continuer par jouer leur rôle socio-économique et écologique. Le but ultime est l'élaboration et la mise en oeuvre d'une stratégie nationale REDD+ cohérente et acceptée par tous.

Nos Evènements

Aucun évènement dans le calendrier

Newsletter

captcha