mercredi 26 juin 2019

Notre Agenda

:::REDD+ TOGO::: Officiel - Filtrer les éléments par date : décembre 2016

Dans le cadre de la réalisation de l'évaluation environnementale et sociale stratégique (EESS) du processus REDD+ au Togo, la Coordination Nationale REDD+ recrute un cabinet. Pour plus de renseignement, prière consulter l'avis à manifestation d'intérêt.  

Publié dans Avis & Communiqués

Le Togo vient de réaliser le premier inventaire forestier de son histoire. Cette activité qui s’inscrit dans le cadre du processus REDD+ a été réalisée avec l’appui de la coopération allemande à travers le Programme Appui au REDD+-readiness et réhabilitation de forêts au Togo (ProREDD). L’inventaire forestier consiste à évaluer de façon quantitative et qualitative les ressources floristiques et fauniques d'une forêt à un moment donné. Quand il concerne tout le territoire national, on parle d’inventaire forestier national (IFN). L’IFN se réalise à travers des méthodes statistiques et à l’aide de matériels spécifiques tels que le matériel dendrométrique (compas forestier, perche télescopique, etc.) et des outils de télédétection (images satellitaires haute résolution, GPS, etc.). Pour réaliser son inventaire forestier national, le Togo a validé une définition de la forêt au sens de la REDD+, inspirée de la définition de la FAO (2001) et de celle du code forestier national. Ainsi, la forêt est définie comme « une surface minimale de 0,5 ha portant des arbres dont les houppiers ou couronnes couvrent plus de 10% de la surface au sol et qui peuvent atteindre à maturité une hauteur minimale de 5m ».foret3

Selon M. SAMA   Boundjouw, Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières, « la conception et la mise en œuvre du premier inventaire forestier national au Togo vise à déterminer de façon fiable   le   potentiel   forestier   de l’ensemble du   territoire et à disposer d’un état de référence sur les ressources forestières et l’état du stock de carbone dans le cadre du processus incitatif de la REDD+ ». M. SAMA a ajouté que l’inventaire permettra de « connaitre avec précision l’état actuel de nos ressources forestières et de réaliser les négociations internationales sur le mécanisme REDD+ ». « Il servira ainsi d’outil d’aide permettant de fixer l’engagement du Togo dans la REDD+ dans un cadre plus large de développement durable », a-t-il poursuivi.

Selon les résultats de ce premier inventaire forestier national, le taux de couverture forestière au Togo est de 24,24% avec une dégradation très prononcée. Contrairement aux données estimatives sur la couverture forestière du Togo qu’on retrouve dans la littérature et dont les méthodologies de calcul ne sont pas disponibles, les résultats ainsi présentés ont le mérite de provenir d’une méthodologie claire, reproductible et validée sur le plan national.

Et parlant de cet inventaire forestier national, le chef du Programme d’appui à la préparation à la REDD+ et à la réhabilitation des forêts au Togo (ProREDD+), M. Andreas Schleenbaecker, a affirmé que « le Togo   a souscrit   à l’initiative REDD+, qui est une initiative des Nations Unies, dans le   contexte de lutte   contre le   changement climatique. Et dans ce cadre, il est important d’avoir des chiffres en matière de ressources forestières. L’inventaire forestier national s’inscrit dans ce cadre et nous pensons que c’est une grande avancée dans le processus REDD+ ».

Il est à rappeler que la réalisation de ce premier inventaire forestier national s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de la composante 3 du document de proposition de mesures pour l’état de préparation à la REDD+ du Togo (Elaboration d’un niveau d’émission de référence national pour les forêts et/ou d’un niveau de référence national pour les forêts).

Blaise ATAKOUNA

Responsable IEC

Coordination Nationale REDD+

Publié dans Niveau de référence

La Coordination Togolaise des Organisations Paysannes et de Producteurs Agricoles (CTOP) a lancé une vaste campagne de sensibilisation et d’information des producteurs agricoles sur la REDD+. La campagne couvre l’ensemble du territoire national et se déroulera en deux grandes étapes : d’abord l’organisation d’ateliers régionaux de formation de producteurs relais et l’animation de séances de sensibilisation sur le processus REDD+ dans plusieurs cantons à travers l’ensemble des préfectures du pays. Cette campagne est conduite en collaboration avec la Coordination Nationale REDD+ et s’inscrit dans le cadre du projet de soutien à la préparation à la REDD+ financé par le Fonds de Partenariat pour le Carbone Forestier (FCPF) et administré par la Banque mondiale. Selon M. FIKOU Ougadja, chargé du suivi-évaluation à la CTOP, « la Coordination Nationale REDD+ a organisé deux ateliers pour informer les producteurs sur le processus REDD+, comment il va être conduit et le rôle capital que nous devons jouer. Mais il faut que le maximum des producteurs connaisse ce processus et participe à sa mise en œuvre. Nous pensons que c’est une bonne initiative et une opportunité pour le Togo ». CTOP

Selon les responsables de la CTOP, l’objectif global de cette campagne de sensibilisation est de contribuer à la diffusion du concept REDD+ au niveau des populations rurales à la base en échangeant avec les producteurs agricoles sur le phénomène de changement climatique, sur le lien entre la déforestation/la dégradation des forêts et les changements climatiques, ainsi que sur le rôle central des forêts dans la lutte contre les changements climatiques. Les discussions avec les producteurs portent aussi sur le mécanisme REDD+ et les raisons qui ont amené le Togo à s’y engager, sur les activités prévues dans la phase de préparation du Togo à la REDD+, sur les rôles et responsabilités des producteurs agricoles dans cette phase de préparation et sur les grands défis environnementaux et sociaux auxquels fait face le monde agricole aujourd’hui. « Cet appui à la CTOP vise à informer l’ensemble des producteurs agricoles et des populations rurales du Togo sur le processus REDD+ afin de susciter leur participation à toutes les activités de consultation qui vont être menées », a déclaré Hèmou ASSI, Coordonnateur National REDD+. CTOP2

Démarré en janvier 2015, le processus de préparation à la REDD+ du Togo enregistre de grandes avancées. Le résultat attendu de cette phase de préparation est l’élaboration d’une stratégie nationale REDD+ cohérente et accepté par tous.

Blaise ATAKOUNA

Responsable IEC, Coordination Nationale REDD+

mercredi, 07 décembre 2016 15:30

Processus REDD+ au Togo : de grandes avancées

Le Togo, l’un des dix-huit pays engagés dans le processus REDD+ sur le continent africain fait des pas de géant dans le processus de préparation à la REDD+. Le pays a pour ambition de disposer d’une stratégie nationale REDD+ d’ici à 2018. Démarré en janvier 2015, le processus de préparation à la REDD+ enregistre des résultats encourageants, grâce à une très forte volonté politique au plus haut sommet de l’Etat. Dans cet esprit, le Chef de l’Etat, afin de suivre de manière permanente la conduite du processus, a désigné son Conseiller Economique, le Pr Koffi SODOKIN, comme son représentant personnel pour le processus REDD+ au Togo. Selon le Coordonnateur National REDD+, M. Hèmou ASSI « le Togo envisage de soumettre son rapport d’avancement à mi-parcours au comité des participants du FCPF en 2017. D’ici là, nous disposerons d’un premier jet de notre stratégie nationale REDD+ ». « Nous sommes confiants puisque nous avons déjà démarré une vaste campagne d’information et de consultation de l’ensemble des parties prenantes et lancé une dizaine d’études analytiques », a poursuivi M. ASSI.Avancement1

La forte implication des autorités togolaises dans le processus REDD+ augure de bonnes perspectives pour ce pays qui place l’arbre au centre de son développement économique et social. En effet, le gouvernement a adopté en janvier 2016, un décret qui crée trois organes pour gérer le processus REDD+ au Togo à savoir, le Comité National REDD+, le Groupe National de Travail REDD+ et la Coordination Nationale REDD+. Ces organes sont tous opérationnels.

Par ailleurs, avec l’appui de la coopération allemande (ProREDD/GIZ), le Togo a réalisé le premier inventaire forestier national de son histoire et les résultats ont été publiés le 25 octobre 2016. Selon Boundjouw SAMA, Secrétaire Général du Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières, « le taux de couverture forestière est de 24,24% avec une dégradation très prononcée. Il y a donc un travail énorme de restauration à faire. Et nous pensons que le processus REDD+ va largement contribuer à cela ». C’est dans ce cadre qu’il a été engagé plusieurs consultations des acteurs à la base sur le processus REDD+. Ces consultations ont été marquées par plusieurs ateliers d’information et d’échanges avec ces acteurs, notamment, des ateliers de lancement du processus REDD+ au niveau national et au niveau régional, des ateliers d’information et d’échanges avec les organisations non-gouvernementale (ONG), les producteurs agricoles, les chefs traditionnels, les organisations de femmes, les organisations de jeunes, ainsi que des ateliers de formation à l’intention des journalistes et professionnels des médias. Cette campagne a permis aux organisations de la société civile togolaise de comprendre le processus REDD+ et de s’organiser pour y participer. Avancement2

Comme résultat de cette vaste campagne de consultation, les acteurs sont organisés pour participer à l’élaboration de la stratégie nationale REDD+ du Togo. Ainsi, les organisations non-gouvernementales ont mis en place le Conseil National de Organisations de la Société Civile pour le Développement Durable (CNODD). Les femmes ont créé le Consortium Femmes REDD+ Togo (CF-REDD+ Togo). De même, les producteurs agricoles sont organisés au sein de la Coordination Togolaise des Organisations Paysannes et de Producteurs Agricoles (CTOP). Les chefs traditionnels sont réunis au sein du Conseil National de la Chefferie Traditionnelle. Les jeunes quant à eux sont organisés au sein du Conseil National de la Jeunesse (CNJ). Afin de permettre les concertations au niveau local, la Coordination Nationale REDD+ à apporter un appui à la mise en place de vingt-cinq commissions préfectorales de développement durable (CPDD) en 2016. Ces commissions viennent s’ajouter aux dix autres déjà installées par le Ministère de l’Environnement et des Ressources Forestières, ce qui porte à trente-cinq le nombre de plateformes préfectorales de concertation sur la REDD+. Selon le Coordonnateur National REDD+, « la campagne d’information et de dialogue initial a touché plusieurs ministères sectoriels et l’Assemblée Nationale. Toutefois, nous comptons intensifier cette campagne en direction des ministères clés tels que ceux en charge de l’agriculture, de l’énergie, de la planification et de l’aménagement du territoire, de l’urbanisme et de l’habitat ainsi que de l’économie et des finances ».

Blaise ATAKOUNA

Responsable IEC, Coordination Nationale REDD+

Plus d'Articles - Médias

Votre Avis sur le Site ICI !

Quel est votre avis sur le nouveau Site Web de REDD TOGO ?

FAQs

Qu’est-ce que le REDD ?

 

Le REDD est un mécanisme international dont le but est d’aider à stopper la déforestation et le changement climatique. REDD signifie la réduction des émissions dues à la déforestation et à la dégradation des Forêts dans les pays en développement.

Il s’agit d’un mécanisme incitant les pays en développement à protéger et mieux gérer leurs ressources forestières afin de contribuer à la lutte mondiale contre le changement climatique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre (GES). Les stratégies REDD+ font en sorte que les forêts sur pied aient une valeur plus grande que celles qu’on abat. La portée de la “REDD+” dépasse la déforestation et la dégradation des forêts et prend en compte la préservation et la gestion durable des forêts et le renforcement des stocks de carbone par la plantation d’arbres. Les activités de REDD+ énumérées dans la Seizième session de la Conférence des parties (Décision 1/CP.16) de la Convention cadre des nations unies sur les changements climatiques, au paragraphe 70 sont :

  1. Réduction des émissions dues au déboisement,
  2. Réduction des émissions dues à la dégradation des forêts,
  3. Renforcement des Stocks de carbone forestiers,
  4. Conservation des Stocks de carbone et
  5. Gestion durable des forêts.

Quand le REDD commencera-t-il?

1.0 

Dès que possible car une fois décimée, les forêts seront perdues pour toujours.

Quel en sera le cout?

1.0 

La question est cruciale, les estimations varient mais pour réduire la déforestation de moitié d’ici 2030 le REDD nécessitera des dizaines de milliards de dollars par an. Mais ne rien faire coutera bien plus chaque année.

Avis & Communiqués

AMI pour le recrutement d'un cabinet pour la réalisation de l'EESS

21/12/16

Dans le cadre de la réalisation de l'évaluation environnementale et sociale stratégique (EESS) du processus REDD+ au Togo, la Coordination Nationale REDD+ recrute un cabinet. Pour...

« »

A propos de la REDD+

La Coordination Nationale REDD+ est l'un des trois organes chargés de gérer le processus REDD+ au Togo. Elle a pour rôle d'assurer la conduite opérationnelle du processus REDD+. Elle a été créée par decret N° 2016-007 du 25 janvier 2016 relatif aux organes de gestion de la REDD+ au Togo. Ce décret créé aussi le Comité National REDD+ qui est l'organe suprême de gestion du processus et le Groupe National de Travail REDD+. La Coordination Nationale REDD+ est sous la tutelle du Ministère de l'Environnement et de Ressources Forestières. Cette Coordination Nationale met actuellement en oeuvre le Projet de soutien à la Préparation à la Réduction des Emissions dues à la Déforestation et à la Dégradation de forêts (P-REDD+). L'objectif de ce projet est de permettre à la forêt et aux arbres hors-forêt de continuer par jouer leur rôle socio-économique et écologique. Le but ultime est l'élaboration et la mise en oeuvre d'une stratégie nationale REDD+ cohérente et acceptée par tous.

Nos Evènements

Aucun évènement dans le calendrier

Newsletter

captcha